Connexion client

Mot de passe oublié? Inscription

Voir votre panier

nassar

« Femme Natale » dans l’Agenda Culturel [28/09/2015]

« Femme Natale », un premier roman de Maya Elias Nassar

Maya Elias Nassar signe son premier roman ‘Femme natale’, édité aux éditions Noir Blanc etc…, un livre dont l’écriture lyrique creuse l’introspection d’une femme de quarante ans au rythme de ses quarante pas dans une rue de Beyrouth. Entre ‘ville natale’ et ‘femme fatale’, ‘Femme natale’ est la contraction d’un lieu et d’un état tous deux en souffrance mais portés par l’espoir.

‘‘Il y a ce temps entre deux âges, où nous nous retrouvons en souffrance de rêves. (…) Et dans ce désordre de soi, nous ressentons l’appétence maladive de défroisser les plus belles histoires qui sont restées jusqu’à présent sagement pliées tout au fond de nous, dans l’âme de notre âme.”
Extrait de ‘Femme natale’ de Maya Elias Nassar

Maya Elias Nassar est née à Beyrouth en 1975. Après ses études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques à l’USJ, elle travaille pour des chaînes de télévision et des agences de publicité entre le Liban et les pays du Golfe et dirige ‘Plume’, sa compagnie de copywriting et de rédaction trilingue. Elle combine à son métier sa passion pour l’écriture qu’elle nous transmet aujourd’hui à travers son premier roman.

‘Femme natale’ est le récit d’une femme qui se rend compte du temps passé et dont les souvenirs remontent à la surface comme des poids qui se déchargent progressivement. Le passé semble être un temps de bonheur, mais aussi de souffrance, partagé entre amour et guerre. L’introspection est la métaphore d’une ville qui a été tiraillée elle-même par les mêmes maux et endeuillée – 40 est le chiffre du deuil – si bien que l’entremêlement entre la femme et la ville crée une entité nouvelle, une fusion entre ‘ville natale’ et ‘femme fatale’. C’est non seulement l’image d’où on vient, mais aussi du ventre d’où l’on provient.

Au poids du temps s’accorde le traumatisme d’un amour perdu, et la démarche introspective de notre narratrice se creuse à mesure qu’elle se rapproche physiquement de sa douleur, cet homme qu’elle a aimé. Elle veut le voir, régler des comptes qui n’ont pas été résolus et qui pèsent. Et si le mouvement de son corps va vers l’avant, son âme est portée par les souvenirs, et la femme est suspendue dans cette dualité. Elle appartient à un temps autre où la révolte et la fougue sont concomitantes, aussi, à celles de Beyrouth.

L’écriture de Maya Elias Nassar déploie un univers riche en symboles qui utilise le procédé de “paysage – état d’âme”, est instructive autant dans la profondeur psychologique qu’elle aborde que dans sa qualité. Même si Maya a pu publier de nombreux articles et poèmes autant en arabe qu’en français, elle avoue que l’écriture d’un roman lui était quelque chose de tout nouveau : ‘‘Il y a sept ans j’ai décidé de commencer un roman. J’ai arrêté. J’ai tout jeté. J’ai commencé ce roman-là il y a 3 ans mais j’ai dû m’imposer de nombreuses pauses.”

Et même si l’écriture peut sembler décousue et délirante, l’écrivaine la justifie et l’assume entièrement. L’écriture est une plume qui sculpte son propre corps et c’est un travail éprouvant : ‘‘C’était une aventure pour moi ! Même si la trame est fictive, les souvenirs sont réels pour la plupart. Lorsqu’on écrit on le fait avec le corps. Ce n’est pas un jeu pour moi, ça vient des tripes. Ça me secoue.”

Maya Elias Nassar signe ‘Femme natale’ (Edition Noir Blanc etc.), le jeudi 1er octobre 2015 à Kudeta à Badaro

20150929 agenda culturel

http://www.agendaculturel.com/Livre_Femme_natale_un_premier_roman_de_Maya+Elias+Nassar

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour obtenir les dernières infos et être convié à nos événements